LES SULTANS

L’histoire de l’œuvre

1964 marque un tournant pour Christine de Rivoyre. L’auteur de La Mandarine et de La Glace à l’ananas quitte les éditions Plon où elle avait fait ses débuts, dix ans plus tôt. L’éviction brutale du directeur littéraire, Charles Orengo, pour des “questions de moeurs” avait provoqué le départ de nombreux auteurs qui se retrouvent dès lors “orphelins”. Le romancier Félicien Marceau, rencontré quelques années plus tôt, insiste pour que son amie le rejoigne aux éditions Gallimard où ses “gros tirages” ne laissent pas indifférents, tandis que François Nourissier fait valoir l’ambiance chaleureuse et familiale des éditions Grasset qui sous la direction de Bernard Privat connaissent alors un véritable renouveau. C’est finalement rue des Saints-Pères qu’elle emporte son dernier roman qui sort à la rentrée littéraire 1964. Le succès  public et critique de ce nouvel opus permet à Christine de Rivoyre de quitter son poste de directrice littéraire à Marie-Claire pour se consacrer désormais à l’écriture – elle restera fidèle aux éditions Grasset.

L’histoire de l’œuvre

1964 marque un tournant pour Christine de Rivoyre. L’auteur de La Mandarine et de La Glace à l’ananas quitte les éditions Plon où elle avait fait ses débuts, dix ans plus tôt. L’éviction brutale du directeur littéraire, Charles Orengo, pour des “questions de moeurs” avait provoqué le départ de nombreux auteurs qui se retrouvent dès lors “orphelins”. Le romancier Félicien Marceau, rencontré quelques années plus tôt, insiste pour que son amie le rejoigne aux éditions Gallimard où ses “gros tirages” ne laissent pas indifférents, tandis que François Nourissier fait valoir l’ambiance chaleureuse et familiale des éditions Grasset qui sous la direction de Bernard Privat connaissent alors un véritable renouveau. C’est finalement rue des Saints-Pères qu’elle emporte son dernier roman qui sort à la rentrée littéraire 1964. Le succès  public et critique de ce nouvel opus permet à Christine de Rivoyre de quitter son poste de directrice littéraire à Marie-Claire pour se consacrer désormais à l’écriture – elle restera fidèle aux éditions Grasset.

Au fil du texte

Si Solange, l’héroïne du roman, ne s’était point trouvée coincée à l’Étoile dans un embouteillage sans merci, elle eût été à l’heure pour recevoir le coup de téléphone de son amant, Laurent, qui décommandait leur soirée. S’en suit une nuit d’attente et d’angoisse qui la conduit à un suicide manqué et lui ouvre les yeux sur sa triste condition de femme seule.

Réception

Le succès critique et public est au rendez-vous : “Des cinq romans que Christine de Rivoyre nous a déjà donnés, Les Sultans, un des fruits savoureux de notre automne, est assurément le meilleur. Une drôlerie féroce, une composition savante, un jaillissement étincelant de mots et surtout d’images, on lui connaissait tous ces dons. Ils s’épanouissent ici, avec quelque chose en plus : un regard à la fois plus ouvert sur le monde et plus profondément fixé sur le coeur. Sans cesser d’être cocasse et poète, Christine de Rivoyre devient témoin de son siècle et moraliste amer.” (J. Piatier, Le Monde, 19 sept. 1964) “Témoin de son siècle” ? “Moraliste amer” ? De quoi faire sourire celle qui avait depuis quelques années “son” sultan, auquel le livre est dédié… Très vite, on parle d’une adaptation au cinéma. C’est finalement le réalisateur Jean Delannoy (son Les Amitiés particulières, deux ans plus tôt, avaient fait scandale) qui porte à l’écran les aventures de Solange et de son “sultan” avec une affiche prestigieuse pour l’époque : Gina Lollobrigida, Louis Jourdan, Daniel Gélin, Philippe Noiret, Corinne Marchand… Hélas le film sorti en 1966 ne réussit pas à rendre la drôlerie féroce et sombre du roman ni “le jaillissement étincelant des mots et des images” notamment dans la longue scène d’embouteillage que les commentateurs ont voulu rapprocher de “l’école du regard”.

Extrait

Devant Solange ça n’avance pas vite et même, honnêtement, ça n’avance pas du tout. Sept heures cinq. Les gouttes de pluie dessinent sur le pare-brise de grosses fleurs transparentes vite remplacées par d’autres fleurs que l’essuie-glace chasse à leur tour, chasse interminablement, dé-com-pose, dé-com-pose. Il y a de quoi ronger un système nerveux, cette pluie qui s’écrase comme une sourde et le pot d’échappement qui cogne, qui pétarade, presque joyeux, l’andouille, et l’essuie-glace qui tue les fleurs d’eau en mesure. Ca devrait suffire, non ? Ca ne suffit pas. Voici que sur ce concert s’infiltre, d’abord insidieuse puis franchement décidée, une petite sonnerie, de celles dont on ne sait en quoi elles se transformeront : tam-tam, bêlement ou bravo, mais qui en tout vas apportent cette certitude : elles continueront jusqu’au bout du chemin, jusqu’au bout du monde.